Comprendre son cerveau pour modifier ses habitudes

Publié dans Bien dans ma tête par JouvenceEcrire un commentaire

Vous voulez changer de routine pour la rentrée mais vos mauvaises habitudes sont comme ancrées dans votre cerveau ? C’est en fait physiologiquement vrai. Il faut alors apprendre à « conduire » son cerveau et à défaire les réseaux neuronaux responsables. Et ce afin de pouvoir prendre les nouvelles habitudes dont vous rêvez et pouvoir, à termes, les inclure sans effort dans votre quotidien.

apprenez à conduire votre cerveau

D’où viennent ces habitudes ?

Les habitudes programmées dans notre cerveau sont bien plus nombreuses que nous le pensons. Elles sont indispensables à la survie et à la vie quotidienne. En effet, comme nous l’explique Yves-Alexandre Thalmann dans Apprenez à conduire votre cerveau, elles nous permettent de réaliser des gestes et des processus de façon presque inconsciente et donc de nous laisser la possibilité de nous concentrer sur une autre chose en même temps. Pour cela, les réseaux neuronaux menant à ces habitudes sont renforcés, notamment par une plus grosse quantité de myéline (substance gainant les fibres nerveuses). L’information passe d’autant plus facilement et rapidement. Chez l’adulte, mais surtout chez l’enfant, un geste répété quelques dizaines de fois peut suffire à créer un automatisme. Mais, avouons-le, certains d’entre eux sont devenus plus nocifs qu’avantageux pour nous : se jeter sur le chocolat en rentrant du travail jusqu’à en avoir mal au ventre, fumer, faire les boutiques toutes les semaines… Vous m’en citerez volontiers beaucoup d’autres. Et bien que certains mécanismes soient de réelles addictions (notamment pour le sucre ou la cigarette), il ne faut pas oublier que c’est, plus que tout, la simple habitude du geste qui rassure et réconforte. En outre, cette action que nous réalisons inconsciemment est difficile à détourner car son circuit neuronal est choisi en priorité par notre cher cerveau, puisque, comme je l’ai expliqué, elle demande beaucoup moins d’attention que les autres pour être mise en place.

Créer, modifier ou oublier un automatisme

Mais la plasticité du cerveau est incroyable et saura exaucer toutes vos volontés. Bien que certains gestes ne s’oublieront pas facilement (savoir faire du vélo, par exemple), le cerveau s’adapte chaque jour en éliminant les réseaux qui ne sont plus utilisés. Vous souhaitez abandonner de mauvaises habitudes ? C’est simple : arrêtez de réaliser cette action de routine, ou remplacez-la par une autre (qui utilisera des circuits neuronaux proches, de préférence). Grâce à cela, votre cerveau finira par oublier le réseau neuronal créé et en développera de nouveaux.

Quoi ? Comment ça ? Ce n’est pas si facile à faire ? Ah oui j’oubliais… Il va falloir vous munir de temps et de ténacité. Vous avez sûrement déjà entendu parler des fameux 21 jours nécessaires à l’ancrage d’une nouvelle habitude. Eh bien, c’est faux. Cette étude n’était pas fondée et elle indiquait d’ailleurs que ce chiffre n’était qu’un minimum. Sachant cela, vous ne devez pas vous démotiver.

Je vous conseille le plan d’attaque suivant :

1. Commencez par prendre conscience du contexte
et de l’environnement dans lesquels cette habitude s’inscrit

2. Déterminez également le stimulus qui déclenche généralement cette habitude.
Tout cela est très important dans le processus de l’automatisme.

3. Par la suite, il faudra essayer d’éviter ce stimulus.
Le désir/besoin de réaliser l’habitude sera alors déclenché moins souvent.

Par exemple, si vous voulez éviter d’être tenté de vous vautrer sur le canapé en rentrant chez vous au lieu d’aller faire un footing : ne rentrez pas à la maison et allez-y directement en sortant du travail ! Mais si le stimulus est trop difficile à éviter, pensez à mettre en place une autre habitude au sein de ce même environnement. N’hésitez pas à vous motiver et à vous convaincre mentalement de ce changement en utilisant votre imagination. Vous pouvez réaliser mentalement la nouvelle habitude que vous souhaitez prendre, mais aussi vous répéter pourquoi la mauvaise habitude n’était pas bonne pour vous, jusqu’à vous en dégoûter réellement. Et pas d’inquiétude, si vous manquez quelques fois à vos nouveaux objectifs, cela ne freinera pas le création du nouveau réseau de façon conséquente. Continuez vos efforts et ne lâchez rien !

N’hésitez pas à nous raconter comment vous avez changé vos mauvaises habitudes ou quelles habitudes vous aimeriez prendre/abandonner pour cette rentrée 2018 !

 

Elodie Gindrier

 

En relation avec l'article : automatisme / cerveau / habitude / neurones / réseau neuronal / routine

En relation avec l'article

Apprenez à conduire votre cerveau

Comme il est indispensable d’apprendre à conduire une voiture avant de se déplacer sans danger, il est nécessaire de comprendre comment bien piloter son cerveau.
En connaissant le fonctionnement de votre cerveau (anatomie, pensée, mémoire, automatisation, etc.), en sachant comment l’entretenir (alimentation, oxygénation, régénération), en comprenant comment le « conduire » et le stimuler (gérer l’activité mentale, donner du sens à ce qui arrive, gérer les émotions, etc.), en manœuvrant en interaction et en réagissant aux dysfonctionnements (stress, dépression, etc.), vous serez plus performant, plus motivé et plus serein.

L’approche originale, documentée et pédagogique, les exercices passionnants de ce guide bien-être vous permettront de prendre la route et de filer tranquillement sur le chemin de votre vie.

Laisser un commentaire