La candidose : et si la solution n’était pas (que) dans l’assiette ?

Publié dans Bien dans mon corps par Jouvence6 Commentaires

J’ai parlé dans un article précédent de la candidose, cette maladie liée au développement excessif du candida albicans dans l’intestin. Souffrant de candidose depuis plusieurs années, je la connais maintenant plutôt bien et je suis souvent effarée par les discours tenus autour de la guérison de cette maladie. Je veux surtout parler du régime anti-candida tel qu’il est parfois présenté.

Ce fameux régime anti-candida est un régime alimentaire très strict qui interdit le sucre sous toutes ses formes (sucre raffiné ou non, miel, sirop d’érable, etc.), les produits laitiers, les levures et pâtes levées, les champignons ainsi que le gluten. Un régime qui malheureusement est très difficile à tenir sur le long terme !

Malheureusement, très souvent la solution des thérapeutes réside dans le régime anti-candida, et celui-ci uniquement. Pour beaucoup d’entre eux il faut également le suivre à la lettre, sans le moindre écart. Alors non seulement on vient de nous diagnostiquer une maladie pas drôle, la candidose, mais en plus on nous dit que nous ne pouvons plus manger une majorité de nos aliments préférés ! Horreur !

Le régime anti-candida, d’accord… mais pas au détriment de sa santé psychologique !

Le problème du régime anti-candida, c’est que trop de privations entraîne souvent une énorme frustration et développe une obsession pour la nourriture. Certes un rééquilibrage alimentaire est toujours nécessaire. On ne peut pas prétendre guérir et continuer malgré tout à manger des sucreries, des desserts, du pain et des pâtes à gogo. Cependant le discours parfois extrémiste de certain(e)s thérapeutes est à relativiser. Doit-on vraiment suivre le régime anti-candida à la lettre, si c’est pour vivre son alimentation comme une bataille permanente et être constamment dans la frustration ?

Bien sûr, la réponse doit dépendre de la gravité de l’état de santé : si l’on vit dans la douleur en permanence, avec un candida très installé et un organisme très enflammé, il n’est bien entendu pas question de faire le moindre écart, le temps que l’inflammation diminue drastiquement. Mais si les symptômes sont vivables, faut-il vraiment s’astreindre à un régime drastique si on le vit très mal psychologiquement ? Ou n’est-ce pas simplement contre-productif ?

Je ne prétends pas connaître la réponse, bien au contraire. Mais je suis m’oppose à cette vision trop étriquée de la solution à la candidose. Tout d’abord, chaque personne, chaque corps étant différents, je ne conçois pas qu’il n’y ait qu’une seule réponse à la maladie : c’est à chacun de tester ce qui lui convient ou non afin de trouver sa solution. Ensuite, je ne pense pas qu’il faille voir le candida albicans comme un ennemi, ni se mettre en guerre contre lui. S’il est là, c’est que nous en avons eu besoin à un moment, soit pour assimiler un excès de sucre, soit pour éliminer des déchets (toxines, métaux lourds…). Ayons donc une approche bienveillante envers notre corps, faisons les changements dont il a besoin en douceur, et restons à son écoute. C’est à mon sens une vision de la guérison à beaucoup plus long terme !

Quelques conseils alimentaires et naturopathiques :

  • Au niveau de l’alimentation, bien entendu inspirez-vous du régime anti-candida et ajustez-le en fonction des aliments qui vous conviennent ou non. Mangez un maximum végétal, cuisinez vos propres repas (fuyez tout ce qui est industriel) et vos desserts sains pour ne pas craquer dans la première boulangerie que vous croisez.
  • Parfois, le régime FODMAPS convient mieux à certaines personnes que le régime anti-candida (notamment en cas de SIBO, ou prolifération bactérienne intestinale). D’autre part, d’autres personnes ont guérit “simplement” en recherchant leur intolérances alimentaires et en évitant les aliments incriminés. Encore une fois, faites en fonction de vos ressentis et de votre intuition !
  • Oubliez les antifongiques chimiques prescrits par la médecine conventionnelle car ils ne feront qu’endormir la candidose avant qu’elle ne reparte de plus belle après leur arrêt. Prenez au contraire des antifongiques naturels (ail, extrait de pépins de pamplemousse, complexes préparés par des laboratoires…). Mais attention, veillez à rester sur des doses raisonnables ! Inutile de malmener votre corps déjà fragilisé par un arsenal d’antifongiques. Votre corps a besoin de bienveillance, chouchoutez-le !  Drainez également votre foie qui va être inondé de toxines (le desmodium fait des miracles).
  • Faites une petite enquête sur les facteurs déclenchants possibles : avez-vous pris des antibiotiques qui auraient pu mettre à mal votre flore intestinale ? Avez-vous des plombages qui auraient pu vous intoxiquer aux métaux lourds ? Prenez-vous une contraception hormonale, et si oui avez-vous essayé de l’arrêter pour voir si cela fait une différence ? N’oubliez pas que la maladie est sans doute multifactorielle, il est donc bon d’explorer toutes les possibilités.

candidose

Et si nous prenions en compte le sens symbolique de la maladie ?

Travailler sur le corps est bien évidemment indispensable. Mais pour moi il est nécessaire de se pencher également sur le sens de la maladie. Je ne crois pas que la maladie soit le fruit du hasard ou qu’elle soit liée à 100 % à des causes physiques. Je pense au contraire que le corps est le dernier niveau sur lequel s’impriment les conflits psychologiques, lorsqu’ils n’ont pas été résolus dans l’âme ou le psychisme. S’occuper du corps est bien entendu nécessaire, mais il faut à mon sens coupler cette démarche à une réflexion plus large qui englobe la totalité de notre être.

Quelques pistes à explorer :

  • La symbolique du champignon est liée à la décomposition, à la pourriture. Qu’est-ce qui vous pourrit la vie ? Quelqu’un, une situation, vous-même ? Quel deuil n’arrivez-vous pas à faire (réel, ou symbolique avec par exemple le fait que la vie ne corresponde pas à nos attentes) ?
  • Concernant les mycoses, qui sont des manifestations très courantes de la candidose, on peut creuser un peu avec la symbolique de la zone touchée. Au niveau vaginal, y a-t-il un deuil non fait, lié à des violences sexuelles, une IVG ou une maternité difficile ? Respectez-vous vos désirs et non-désirs dans votre sexualité ? Au niveau des pieds, avez-vous du mal à “avancer” dans votre vie ? Y a-t-il le départ ou l’éloignement d’un proche dont vous n’avez pas fait le deuil ? Qu’évoquent pour vous les zones touchées par les mycoses, comment résonnent-elles ?
  • La prolifération du candida albicans nous rend accro au sucre car c’est ce qui lui permet de se développer. D’un point de vue symbolique, l’attirance pour le goût sucré dévoile un besoin de douceur et de réconfort. Avez-vous conscience de ces besoins ? Comment pourriez-vous les combler par d’autres biais que par la nourriture ? Comment pourriez-vous vous “nourrir” intérieurement (via des activités qui vous procurent du bien-être, des passions, des lectures, la spiritualité…) ?
  • De manière générale, êtes-vous satisfait.e de votre vie ? La candidose est souvent liée à une attitude passive, voire de victime dans la vie. Subissez-vous votre vie, au lieu de profiter du temps qui vous est donné ?

La maladie, une opportunité de changer ?

À la lumière de ces réflexions, je vous invite à questionner le sens de la candidose (et de la maladie en général). Et si, au lieu de la voir comme une ennemie, nous en faisions une opportunité pour faire le point sur notre vie et de nous reconnecter à nous-même ? N’est-il pas temps de revenir à ce corps qui nous envoie des messages et qui cherche à nous rendre conscient.e de certains conflits à régler ? À chacun de trouver sa propre réponse…

Bonne route !

P.-S. : L’article d’Alice Greetham rejoint beaucoup ma pensée, je vous en conseille la lecture !

En relation avec l'article : anti-candida / candida albicans / candidose

En relation avec l'article

Mon alimentation santé facile : anti-candida

Découvrez les clés d’une alimentation anti-candida variée et savoureuse, respectueuse du goût et de votre santé !
Un tiers d’entre nous souffre de candidose. Et pourtant, le Candida albicans, cette levure accro notamment au sucre, n’est pas une fatalité. Les conseils et les recettes partagés dans ce livre vous aideront à identifier les écueils à éviter et surtout à vous réconcilier avec votre assiette en conservant la notion de plaisir.
Des conseils santé et des astuces pour cuisiner au quotidien.
Les grands principes de l’alimentation anti-candida.

Commentaires

  1. merci… pour ce discours moins alarmiste que les autres. je suis ok avec vous si on se maltraite trop ca va pas marcher. candida est notre meilleure amie comme enemie qd elle change.
    idem pour les regimes: les regimes hyper contraignant et hyper rapide marchent pas car trop emprisonné.

  2. Je suis très content d’entendre ça puisque c’est pas mortelle je commençais à perdre les pédales c’est pas facile à éradiquer mais je dois qdmeme essayer crois moi j’me sens plus à l’aise maintenant et je vais essayer de mettre tout dans l’ordre puisque cette maladie a changé ma vie

Laisser un commentaire